#35 Osgood-Schlatter : Le mal au genou des lapinous

Bonjour à tous

Aujourd’hui, partant d’un article publié en 2020, nous questionnons la prise en charge usuelle des enfants et adolescents souffrant de la maladie d’Osgood-Schlatter. Faut-il vraiment un repos strict ? Quel intérêt du maintien a minima d’une activité physique ? L’exposition graduelle à la contrainte est-elle si délétère ? On vous raconte tout dans ce 35ème épisode !

Bonne écoute

Les références bibliographiques

  • C’est dans cette étude que chez de jeunes footballeurs japonais, des signes radiologiques d’Osgood-Schlatter sont retrouvés en l’absence de douleur.
  • La dominante « clinique » du diagnostic de la maladie d’Osgood-Schlatter était déjà mise en avant il y a fort fort longtemps (étude de 1992 et pas 1987, début de démence sénile pour Vincent)
  • Les revues systématiques sur la maladie d’Osgood Schlatter sont assez nombreuses (exemple ici) mais reposent beaucoup sur des articles dont la valeur ne dépasse pas l’avis d’expert (blasés d’ailleurs)
  • C’est dans cette étude que les séquelles douloureuses retrouvées à l’âge adulte sont évoquées. On y retrouve aussi la notion d’une difficulté à retourner à un niveau de sport habituel.
  • Enfin pour ceux qui seraient intéressés, voici le livret, en anglais, fourni aux participants

https://letempsdunlapin.health.blog/2020/10/07/35-les-genoux-du-lapin-osgood-schlatter/

Un commentaire sur “#35 Osgood-Schlatter : Le mal au genou des lapinous

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s